Le Blog d'abao

Les Vikings et la controverse de la carte du Vinland.

Les Vikings, souvent qualifiés de « rois des mers », ont incontestablement mérité ce titre. À une époque où la navigation en haute mer représentait un défi majeur pour les peuples du monde, les Scandinaves se démarquèrent par leur audace et leur expertise. Mis à part les Océaniens, les Vikings furent les premiers à oser s'aventurer loin des côtes, alors que les Arabes et les Chinois, par exemple, préféraient rester en vue des rivages. Les conditions météorologiques difficiles, notamment les brumes fréquentes des mers nordiques, ne les empêchèrent pas de traverser des étendues maritimes immenses, comparables à la Méditerranée, pour atteindre l'Islande et le Groenland.

La navigation viking ne reposait pas sur des techniques secrètes mais sur un mélange de courage, d'expérience et d'un instinct aiguisé. Les navigateurs scandinaves savaient interpréter les changements de couleur et de température de la mer, les formations nuageuses, les mouvements des oiseaux et l'apparition des poissons et mammifères marins. Ces compétences étaient essentielles pour suivre des routes maritimes précises, telles que celles menant à l'Islande et au Groenland. Les sagas et chroniques nordiques témoignent de ces voyages lointains, initiés dès le VIIIe siècle. 

Les récits évoquent également la découverte du Vinland, une région de l'Amérique du Nord atteinte bien avant Christophe Colomb. Cette terre, nommée ainsi en raison de la présence de vignes sauvages, fut explorée et visitée à plusieurs reprises par les Vikings. Malgré le manque de preuves matérielles tangibles, les sagas et quelques découvertes archéologiques attestent de ce premier contact entre Européens et Américains.

Une controverse notable entoure la carte du Vinland, apparue en 1957 et acquise par la bibliothèque de Yale en 1965. Cette carte médiévale prétendait représenter une partie de la côte nord-américaine, corroborant ainsi les récits des sagas. Toutefois, dès sa première exposition en 1966-1967, son authenticité fut mise en doute. Les partisans de son authenticité y voyaient la plus ancienne carte marine du monde, tandis que les sceptiques la considéraient comme une simple illustration des sagas. Certains allaient jusqu'à la qualifier de faux, réalisé au XIXe ou XXe siècle.

La question de l'authenticité de la carte du Vinland ne put être résolue que par une analyse chimique de son encre. En 1974, des tests révélèrent la présence de dioxyde de titane anatase, un composé utilisé seulement à partir des années 1920. Cette découverte prouva que la carte avait été fabriquée au XXe siècle. Malgré ces conclusions, certains spécialistes continuèrent de défendre son authenticité.

En 2021, de nouvelles analyses menées par l'université de Yale confirmèrent définitivement la nature frauduleuse de la carte. Utilisant des techniques avancées telles que la spectrométrie à fluorescence X, les chercheurs détectèrent des niveaux élevés de titane dans l'encre, prouvant une fois de plus son anachronisme. La carte du Vinland, bien qu'une contrefaçon, demeure un objet historique fascinant, reflétant l'intérêt et l'enthousiasme pour les explorations vikings en Amérique du Nord.

La saga de la carte du Vinland illustre bien les défis de la recherche historique et l'importance des preuves matérielles pour valider les découvertes. Malgré la déception liée à la confirmation de la fraude, la carte continue de susciter l'intérêt, non plus comme preuve d'explorations vikings, mais comme exemple de l'ingéniosité humaine dans la fabrication de faux historiques. Yale, propriétaire de la carte, la conserve désormais comme une pièce maîtresse de son histoire et un témoignage des débats passionnés qu'elle a suscités pendant des décennies.



La carte du Vinland - CRÉDITS: UNIVERSITÉ DE YALE /DOMAINE PUBLIC
dans : Collections

Écrire un commentaire