Le Blog d'abao

L'esprit de Charlie avec Charlotte.

Vincent Bernière lancera en octobre Charlotte Mensuel, une nouvelle revue qui s'inspire du mythique Charlie Mensuel des années 1970-1980. Pour les connaisseurs de la bande dessinée, ce nom évoque immédiatement une époque riche en créations audacieuses et en esprits rebelles. Charlie Mensuel, fondé en février 1969 par l’équipe d’Hara Kiri et dont le premier rédacteur en chef fut Delfeil de Ton avant d'être dirigé par Wolinski à partir du N°19, était une véritable institution. On y trouvait un savant mélange de bandes dessinées américaines emblématiques comme The Peanuts de Charles Schulz, Krazy Kat de George Herriman ou Li’l Abner d’Al Capp, aux côtés des œuvres de figures incontournables de Charlie Hebdo comme Wolinski, Cabu, Willem, Cavanna et Reiser. La revue accueillait également des bandes dessinées érotiques signées Crepax ou Pichard et des talents comme Copi, Hervé di Rosa, Charlie Schlingo, Chantal Montellier, Alex Barbier, Pascal Doury, Moebius et bien d'autres.

Charlotte Mensuel entend raviver cet esprit en offrant une combinaison de nouvelles créations et de classiques de la bande dessinée, tout en ajoutant une touche de scandale. L'un des événements marquants est le retour de Bastien Vivès, une figure controversée du monde de la bande dessinée, qui fait son grand retour sur la scène avec de nouvelles œuvres et un projet ambitieux intitulé La Vérité sur l’Affaire Vivès. Ce livre, qui sortira en septembre, promet de faire couler beaucoup d'encre.

Le lancement de Charlotte Mensuel est le fruit de Vincent Bernière, déjà connu pour avoir relancé Les Cahiers de la bande dessinée et Métal Hurlant. Bernière, en passionné et expérimentateur, aime bousculer les habitudes des lecteurs en introduisant des artistes moins connus aux côtés de grands noms. Cette nouvelle revue propose une alliance d'anciens et de nouveaux talents, de Chris Ware à Andrea Pazienza, en passant par Joe Matt et Shinshi Ab, sans oublier les contemporains comme Pierre Van Hove, Seth, Seo Kim, Berliac, Noah Van Sciver, et bien sûr Bastien Vivès.

En plus de ces signatures prestigieuses, le contenu rédactionnel de Charlotte Mensuel est un véritable cocktail d'auteurs connus et émergents, avec des contributions de Michel Houellebecq, Axelle Le Dauphin, Fleur Hopkins-Loféron, Nicolas Tellop, Vladimir Lecointre et Hervé di Rosa, récemment élu à l’Académie des Beaux-Arts.

Le lancement de Charlotte Mensuel a suscité un vif intérêt, atteignant largement son objectif initial de collecte de fonds. Avec plus de 45 000€ récoltés, bien au-delà des 5 000€ espérés, la campagne de financement participatif est un succès éclatant. Cette ferveur est aussi nourrie par les contreparties attrayantes proposées, notamment des dessins originaux de Bastien Vivès.

Charlotte Mensuel ne se contente pas de ressusciter un esprit, elle ambitionne également de devenir une maison d’édition à part entière. Outre le projet de Vivès, la maison d'édition prévoit de publier Les Derniers jours de Pompeo d’Andrea Pazienza, une œuvre posthume du génie de la bande dessinée italienne des années 1970-80.

Avec ce projet, Vincent Bernière et son équipe espèrent offrir une nouvelle plateforme aux bandes dessinées audacieuses et aux écrivains provocateurs, tout en rendant hommage à l’héritage de Charlie Mensuel. Charlotte Mensuel s'annonce donc comme une revue à surveiller de près, promettant de secouer le monde de la bande dessinée contemporaine tout en célébrant ses racines iconoclastes.

Écrire un commentaire